Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités > Cultures intermédiaires à vocation énergétique

Cultures intermédiaires à vocation énergétique

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
cultures intermédiaires à vocation énergétique

Découvrez l'expérience des membres de la SAS AGRIGAZ VIRE, accompagnés de la Chambre d’agriculture qui travaillent sur les cultures pouvant être intégrées dans un digesteur.

Le 20 octobre 2017, l’équipe Bocage de la Chambre d’agriculture du Calvados organisait une rencontre au champ sur le thème de la mise en place et la valorisation de Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique (CIVE). Cette visite s’inscrit dans le cadre du projet de méthanisation collective porté par la SAS AGRIGAZ VIRE.

Dans ce projet, l’un des objectifs est de disposer d’un gisement qui soit le plus sécurisé possible. Afin de répondre à cet enjeu, les membres de la SAS AGRIGAZ VIRE, accompagnés de la Chambre d’agriculture travaillent déjà depuis plusieurs années sur la mise en place de cultures pouvant être intégrées dans un digesteur.

Une collection de 10 espèces et mélanges

Trois années ont permis de tester la mise en place de maïs semés courant deuxième quinzaine de juillet. Ces essais ont mis en évidence des rendements compris entre 4 à 6 tonnes de matière sèche par hectare.

En 2017, les travaux dans le domaine des CIVE ont porté sur la mise en place :

  • d’une collection de 10 espèces ou mélanges au GAEC Langelier à Roullours,
  • la réalisation de 5 parcelles semées en association maïs/tournesol et moha/nyger/ tournesol chez des membres de la SAS AGRIGAZ VIRE.

Cette journée, qui a mobilisé une vingtaine de personnes, a permis de mettre en évidence le potentiel et les limites de ces nouveaux mélanges. Ces essais feront l’objet de mesure de rendement au moment de la récolte ainsi que d’observations sur la conservation sous forme d’ensilage.

Lors de cette rencontre, le public présent a pu constater les limites du développement de certains mélanges :

  • trop de repousses,
  • sol trop compacté,
  • trop forte densité,
  • espèce inadaptée au climat 2017.

A l’inverse, certaines associations semblent très prometteuses en termes de rendement même si des ajustements sont encore à trouver afin de maximiser le potentiel de ces associations.

Au-delà de la production de biomasse à destination de méthaniseurs, ces cultures intermédiaires ont également rempli complètement leurs rôles de pièges à nitrates, de couverture de sols et de gain en biodiversité. « Il est vrai qu’il est rare de voir un champ de tournesol en pleines fleurs en Normandie au mois d’octobre… ».

Antoine Herman - 02 31 68 65 71 - a.herman@remove-this.calvados.chambagri.fr

Sarah Cavenel - 02 31 68 65 70 - 06 81 20 38 15 - s.cavenel@remove-this.calvados.chambagri.fr

Abonnez-vous !