Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités > Comment prendre en compte l’HUMAIN dans les sociétés agricoles ?

Comment prendre en compte l’HUMAIN dans les sociétés agricoles ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
Prendre en compte « l’HUMAIN » dans les sociétés agricoles  (tests de personnalité, psychologie au travail)

La réussite de la société repose avant tout sur l’aspect « HUMAIN ». Avoir conscience de cela est une première étape, la question reste ensuite de savoir concrètement comment faire.

 

L’aspect HUMAIN dans une société, regroupe plusieurs notions : les personnalités, l’entente, les objectifs communs, les valeurs, les règles communes, le leadership, la coopération, l’entraide, le soutient, le travail d’équipe...

Evaluer l’efficacité d’un groupe dans le travail, revient à prendre en considération trois facteurs :

  • la performance (quantité, qualité et temps passé),
  • la capacité des personnes à travailler ensemble,
  • l’épanouissement personnel
  • et professionnel de chacun.

Autrement dit, au-delà des critères économiques ou techniques, des critères psychologiques tels que la satisfaction, la fierté,… ou psycho-sociologiques sont à prendre en compte, tout comme le climat du groupe ou sa cohésion…

Points réguliers et Accompagnement

Lors des réunions entre associés (quand il y en a), il faut s’autoriser à faire un point régulier sur le fonctionnement sur le plan non pas technique mais humain :

  • ce qui va bien,
  • ce qui est bien vécu,
  • ce qui est mal vécu,
  • ce qui pose problème,
  • les besoins des uns et des autres…

Prendre le temps de manière posée pour faire part de son ressenti et de ses besoins est important. Cela permet de tenir compte des souhaits de chacun, de pouvoir remédier aux insatisfactions, et d’exprimer les satisfactions pour se motiver. Ce dernier point est essentiel mais reste exceptionnel : on parle plus souvent de ce qui ne va pas plutôt que de ce qui va.

Un accompagnement par une tierce personne peut être nécessaire (par ex : lors de la mise en place, de divergences difficiles à aborder sereinement, de l’intégration de nouvelles personnes…). Au-delà de leur regard extérieur, les accompagnateurs proposent des outils facilitant l’expression pour mettre à plat l’organisation, identifier les différences, les convergences et ainsi remettre en route le collectif de travail.

Les tests psychométriques : un outil d’analyse

Les tests psychométriques sont des outils utilisés régulièrement dans ce cadre. Ils permettent à la personne de mieux se connaître pour mieux expliquer son fonctionnement ou ses besoins, et pour mieux tenir compte des personnalités de ses associés. Il s’agit de questionnaires qui font l’inventaire des valeurs, des intérêts ou des traits de personnalités sous forme de « profils psychologiques ».

Le test est une évaluation à un instant T. Si certains aspects sont constants les résultats peuvent être influencés par ce que vit la personne au moment du test. De plus, il est impossible de prendre en compte toute la complexité et la dynamique d’un individu et il existera toujours un biais : la personne peut vouloir se montrer sous un certain angle et répondre au test en ce sens.

Ces outils ne pourront jamais révéler que des personnes sont « compatibles » entre elles : la nature humaine est en effet trop complexe. Il y a toujours une part d’erreur et les résultats doivent être discutés avec la personne pour les ajuster : ils ne sont en rien figés.

Les tests permettent d’entamer une discussion sur le fonctionnement de chacun, ouvrent d’autres horizons, d’autres aptitudes et ne doivent pas enfermer les individus dans des cases : « le test a dit que… donc je suis… ». Bien utilisés, ils peuvent aider chaque associé à voir des traits de personnalité dont ils ne parlent pas forcement, à se voir autrement, à ouvrir des possibles.

Avant le test, ce qui est important c’est l’accompagnement du groupe, de cerner les besoins et de réfléchir ensemble de manière dynamique. Tout est dans la restitution : le test n’est pas une vérité qui s’impose de l’extérieur mais les résultats liés aux réponses apportées sont utiles pour aboutir, à l’issue du processus, a un nouveau mode de fonctionnement du collectif de travail. S’il y a beaucoup d’attentes de la part des personnes qui passent des tests, il y a rarement de révélations. Le fait de pouvoir reformuler les résultats avec ses mots permet de voir les choses autrement ou d’entendre les choses différemment.

L’accompagnateur, un tout pour le collectif

L’accompagnateur a un rôle déterminant pour garantir la réussite du processus et le cadre : bien évaluer la capacité de chaque personne à entendre certaines choses, valider ce que chacun souhaite mettre ou pas en commun, faciliter le dialogue entre les associés sur les résultats et sur les pistes qui en découlent.

L’accompagnateur utilisera le test uniquement si les personnes sont toutes d’accord pour le faire. Un test n’est pas neutre émotionnellement, certaines personnes peuvent être mal à l’aise. En effet le test constitue une situation d’évaluation qui peut induire une crainte de jugement de valeur, la peur de ne pas le réussir ou d’apporter de mauvaises réponses et amener à d’autres inquiétudes.

En conclusion, les tests de personnalité sont des outils d’évaluation intéressants que l’accompagnateur et les associés peuvent choisir d’utiliser ou pas, ce n’est pas indispensable. La personnalité n’est qu’un aspect de la dimension HUMAINE du travail.

D’autres dispositifs permettent d’aborder le fonctionnement de chacun au sein du groupe. Ils constituent tout de même un bon support pour engager l’échange, faciliter la parole de tous, autour d’une référence commune (ex : profils de personnalités) et d’ouvrir le champs des possibles.

Abonnez-vous !