Vous êtes ici : Accueil > ENVIRONNEMENT > Directive Nitrates > Synthèse des reliquats d’azote

Synthèse des reliquats d’azote

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Synthèse 2019 des reliquats d’azote sortie hiver pour le Calvados

Les reliquats sortie hiver sont généralement plus élevés qu’en 2018, mais avec des différences importantes :

  • des niveaux plus forts dans les secteurs peu arrosés avec moins de 250 mm de pluie (plaine centre et sud, zone 1), particulièrement en sol profond.
  • des reliquats faibles dans les zone pluvieuses ayant reçu plus de 350 mm (ouest du bocage virois et du pré-bocage, zone 4), où l’azote a subi un lessivage important.

Les valeurs 2019 sont regroupées par zone selon la pluviométrie entre le 1er octobre 2018 et le 31 janvier 2019.

Pluviométrie du 1er octobre 2018 au 31 janvier 2019 - Source : Météo France et Arvalis Institut du Végétal

 

Le reliquat d’azote sert à calculer vos doses d’azote sur grandes cultures, pour le plan prévisionnel de fumure azotée qui doit être établi en zone vulnérable avant le 1er avril. Les reliquats d’une synthèse doivent être utilisés pour toutes les parcelles non analysées, sauf si l’exploitation possède une analyse de reliquat sur une parcelle ayant un sol et un historique cultural comparable (arrêté référentiel azote normand du 30 juillet 2018). Les reliquats de la synthèse peuvent aussi être utilisés pour les parcelles dont l’analyse de reliquat donne une valeur de NH4 élevée, supérieure à 20 kg N/ha.

Reliquats d’azote en unités par ha

Sur 2 928 parcelles des départements 14, 50 et 61, au 25/02/2019.

Dans les tableaux suivants figurent les valeurs médianes des reliquats azotés par zone de pluie hivernale, type de culture/précédent et profondeur de sol. Les situations de culture/précédent n’ayant pas suffisamment d’analyses ne sont pas indiquées, utilisez pour ces cas la médiane générale de la zone. Remerciements au LANO et aux agriculteurs ayant participé aux mesures.

 

Effet des pluies sur le reliquat

Les pluies qui surviennent après le prélèvement pour le reliquat peuvent lessiver une partie des nitrates. Pour les parcelles situées en zone vulnérable, les règles de calcul des doses d’azote permettent de prendre en compte la perte liée à une forte pluviométrie après l’analyse du reliquat. Selon le cumul des pluies, il est possible de justifier d’un apport d’azote supplémentaire dans le plan de fumure (pour des pluies précoces) ou dans le cahier d’enregistrement des pratiques.

Début 2019 il y a un net effet de lessivage sur les reliquats : les niveaux les plus élevés sont mesurés début janvier, ils tendent à diminuer jusqu’au 10 février. Au 4 mars, les cumuls de pluie depuis les premiers reliquats réalisés mi-janvier atteignent presque 150 mm pour la station météo de Vire, on est aux alentours de 100-130 mm ailleurs dans le Calvados.

Pour calculer la perte de reliquat, il faut multiplier la valeur du reliquat sortie hiver de votre analyse par le coefficient correspondant à la profondeur de mesure du reliquat (voir tableaux ci-dessous). Pour cela sur céréales et colza, il faut cumuler la pluviométrie entre la date de prélèvement de terre du reliquat et le stade épi 1 cm pour les céréales et le stade D1 (boutons accolés) pour le colza. Pour les cultures de printemps (maïs, betterave…), il faut tenir compte de la pluie tombée entre la date du reliquat et le semis de la culture.

Exemple : Reliquat azoté de 55 u N/ha mesuré dans une parcelle de blé en limon profond (jusqu’à 90 cm) le 15 janvier. Entre la mesure et le stade épi 1 cm au 20 mars, s’il est tombé entre 150 et 250 mm de pluie, la perte sur reliquat s’élève à 40 %, soit une perte de 55 x 0,40 = 22 unités. La dose d’azote totale doit donc être réajustée avec + 22 unités N/ha.

Analyser ses propres parcelles pour ajuster la dose d'azote

Les reliquats peuvent être très variables selon le type de sol, le passé de fertilisation, etc. ; les résultats présentés dans la synthèse ne sont qu’indicatifs. L’analyse dans vos parcelles est le seul moyen de bien ajuster vos doses d’azote prévisionnelles en grandes cultures. Pensez à faire des prélèvements lors de la prochaine campagne, la période optimale se situe entre mi-janvier et fin février.

 

 

Isabelle Diomard - Mars 2019

 

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Actualités