Vous êtes ici : Accueil

Edito

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

ZAD, zone à défendre

Au regard de ce qui s’est passé ces dernières années, on peut comprendre que le foncier agricole soit devenu une zone ou un espace à défendre, face à cette boulimie effrénée à consommer cette terre que nous « n’héritons pas de nos ancêtres, mais que nous empruntons à nos enfants » (proverbe africain cité par Saint-Exupéry dans «Terre des Hommes »).

Mais zone à défendre ne veut pas dire zone de non-droit, de non-respect du droit de propriété. Occuper un terrain sans autorisation du propriétaire, s’apparente à occuper un jardin ou squatter un appartement illégalement. Je ne suis pas sûr que tous ceux qui soutiennent ces mouvements l’aient bien compris et accepteraient de retrouver sans leur avis leur maison occupée.

Zone à défendre ne veut pas dire non plus, comme j’ai pu le voir à la télévision, zone de non-respect des devoirs et obligations.  L’identification des animaux est une obligation nationale, le respect des règles sanitaires l’est également. Alors que tout agriculteur se doit de mettre en application toutes ces normes, nous ne comprendrions pas et il serait inacceptable que, si des installations ou des régularisations devaient être acceptées sur ces terrains, occupés illégalement, elles puissent se faire avec des obligations au rabais.

Attention au message envoyé, attention à ne pas céder à une minorité et décevoir une majorité d’agriculteurs, exemplaire et responsable, au risque que chaque exploitation agricole devienne une zone de non droit.

 

Michel Legrand, Président de la Chambre d'agriculture du Calvados