Vous êtes ici : Accueil

Edito

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Fin de mandature, fin d’une aventure

La vie nous réserve parfois des surprises, puisqu’à l’âge où je devais choisir mon orientation professionnelle, je voulais tout faire sauf agriculteur. Puis, quand je suis arrivé à la Chambre d’agriculture, je voulais étre partout sauf à la présidence, la marche me paraissant trop haute. Comme quoi, rien n’est jamais gravé dans le marbre, l’homme est adaptable. Dernière session de la mandature et, pour moi, fin d’une aventure commencée en tant qu’élu en janvier 1995 et poursuivie en tant que président en septembre 2004. 14 ans déjà !

Une aventure où l’on apprend la tolérance et où l’on s’enrichit, non pas de compliments mais d’écoute, de remarques et de remises en cause. Ecouter ses élus, écouter ses collaborateurs, écouter la campagne est le maître mot et la clé de la réussite.

Dans une Chambre d’agriculture, véritable couteau suisse au service des agriculteurs, nombreux sont les sujets à aborder. Malheureusement devenus de plus en plus complexes, avec quelquefois une part d’irréalisme et, fait un peu plus nouveau, de plus en plus d’irrationnel.

Un président de la république avait dit, "la France ne laissera pas tomber ses paysans", pourtant, depuis quelques années, l’agriculture dérouille. Outre les rendements et les prix qui ne sont plus au rendez vous, la montée en puissance des normes, de la complexité administrative et cette agriculture de plus plus montrée du doigt par les médias, par les professionnels de la désinformation. Voilà qui pourrait décourager les plus entreprenants d’entre nous. Je dis bien "pourrait", car notre métier, nous l’aimons. Nous l’aimons car nous savons, avec notre bon sens paysan, que quoiqu’on en dise, l’agriculture n’est pas un problème, mais au contraire une des solutions pour répondre aux défis de demain.

Non, nourrir la France ce n’est pas le passé, cela restera notre quotidien, mais les nouveaux enjeux sociétaux, nécessiteront une transition vers des modèles agricoles et alimentaires prenant en compte plus d’environnement, de relocalisation de l’alimentation et les défis liés au réchauffement climatique. Est-ce un problème ou une opportunité ? À condition que l’on nous demande pas de produire avec des chevaux et des sabots de bois aux pieds, et en plus gratuitement, ces nouveaux enjeux peuvent être pour nous un nouveau défi, un nouveau défi pour notre agriculture. Sachons nous les approprier !

Une gestion rigoureuse, une présence sur le terrain, une proximité avec les agriculteurs, telle a toujours été notre volonté. Les collaborateurs le savent, ils seront encore demain à vos côtés pour vous accompagner, comme ils ont su le faire ces dernières années sur des dossiers nouveaux comme l’installation, les captages, la circulation des engins agricoles, le groupement d’employeurs, les projets alimentaires territoriaux, la consommation du foncier et j’en passe.

La régionalisation des Chambres d’agriculture est en marche. Si le projet Cap Normandie s’inscrit dans l’air du temps, attention à ne pas s’éloigner du terrain. Une Chambre d’agriculture hors sol sonnerait la mort des Chambres d’agriculture et la fin du conseil indépendant...

Je disais tout à l’heure : cette dernière session est pour moi la fin d’une aventure que j’ai vécue avec passion, j’ai assumé cette tâche avec beaucoup de plaisir. Mais plusieurs ingrédients sont nécessaires pour réussir. En premier, une famille qui accepte vos absences, vos absences même quand vous êtes présent physiquement mais l’esprit ailleurs préparant déjà la prochaine réunion, ou pendu au téléphone pendant les heures de repas.

Des élus, des membres associés pour vous soutenir, des élus proches bien sûr mais pas que. Quand l’ensemble des élus vote le budget, les délibérations, cela donne confiance et permet de travailler plus sereinement. Nous n’avons pas toujours été d’ accord, mais ne dit-on pas : "Si on pense tous la même chose, c’est qu’on ne pense plus rien". Merci à tous ceux que j’ai sollicité et qui ont répondu présent. Merci à vous tous !

Et puis, pas des moindres, merci aux collaborateurs, proches bien sûr, mais pas que. J’ai toujours dit que la Chambre d’agriculture, c’était une grande famille où tous les membres devaient être solidaires. Et bien, je peux vous dire que j’ai eu cette chance de pouvoir m’appuyer sur des collaborateurs compétents, travaillant de façon transversale pour répondre à vos attentes, le tout dans une excellente ambiance. La bonne situation financière de la Chambre d’agriculture leur revient également.

Un merci particulier aux agriculteurs qui ont fait confiance à la Chambre d’agriculture. Je souhaite également à tous les agriculteurs du Calvados, prospérité et réussite dans tous leurs projets. Je n’oublie pas le Conseil départemental du Calvados qui nous a toujours soutenus et répondu à nos demandes, les différentes collectivités et les OPA, les établissements d’enseignement, avec lesquels nous avons pu construire l’avenir de l’agriculture du département.

Merci également à l’Administration car, même si vous n’avez pas toujours répondu à nos attentes et demandes, les relations cordiales que nous avons entretenues m’ont souvent facilité la tâche.

Demain, nouvelles élections. Je souhaite juste que cette prochaine mandature s’inscrive dans le même état d’esprit, positif et constructif, que celle qui s’achève. Car, nous avons pu le constater, nos différences n’étaient que des nuances face aux défis de l’agriculture de demain. Je ne vous quitte pas, je m’éloigne un peu, car j’ai encore tellement de projets à réaliser avec mes amis, mes enfants, mes petits-enfants que ma vie risque de ne pas être assez longue pour les réaliser tous.

Merci à vous tous. La fin de l’année approche, je vous souhaite de passer de bonnes fêtes de Noël en famille et une bonne année 2019.

Michel Legrand, Président de la Chambre d'agriculture du Calvados